damnation

damnation

damnation [ danasjɔ̃ ] n. f.
• 1170; lat. ecclés. damnatio
Condamnation aux peines de l'enfer; ces peines. châtiment, dam, supplice. « La Damnation de Faust », œuvre musicale de Berlioz. « Qu'importe l'éternité de la damnation à qui a trouvé dans une seconde l'infini de la jouissance ? » (Baudelaire). Loc. littér. Enfer et damnation ! Mort et damnation ! imprécations de colère ou de désespoir. ⊗ CONTR. Salut.

damnation nom féminin (latin ecclésiastique damnatio, -onis, condamnation) Pour les chrétiens, exclusion définitive du salut éternel et condamnation à l'enfer. ● damnation (citations) nom féminin (latin ecclésiastique damnatio, -onis, condamnation) Pierre Teilhard de Chardin Sarcenat, Puy-de-Dôme, 1881-New York 1955 Vous m'avez dit, mon Dieu, de croire à l'enfer. Mais vous m'avez interdit de penser, avec absolue certitude, d'un seul homme, qu'il était damné. Le Milieu divin Le Seuildamnation (expressions) nom féminin (latin ecclésiastique damnatio, -onis, condamnation) Damnation !, Enfer et damnation !, jurons exprimant la colère, la douleur, l'impatience, la surprise, etc.

damnation
n. f. Châtiment des damnés.
|| Litt. Juron inspiré par la colère. Enfer et damnation!

⇒DAMNATION, subst. fém.
A.— THÉOL. Action de damner, de se damner; p. méton., la peine infligée : le châtiment de l'enfer. La damnation éternelle :
1. Bouvard hocha la tête. Il doutait aussi de l'enfer.
— « Car tout châtiment doit viser à l'amélioration du coupable, ce qui devient impossible avec une peine éternelle; et combien l'endurent! Songer donc, tous les anciens, les juifs, les musulmans, les idolâtres, les hérétiques et les enfants morts sans baptême, ces enfants créés par Dieu, et dans quel but? Pour les punir d'une faute qu'ils n'ont pas commise!
— Telle est l'opinion de saint Augustin, ajouta le curé, et saint Fulgence enveloppe dans la damnation jusqu'aux fœtus. (...) »
FLAUBERT, Bouvard et Pécuchet, t. 2, 1880, p. 128.
2. Mais, ce combat des ténèbres et de la lumière qui se livre malgré lui dans son cœur, jamais il ne prétend à l'élever sur un plan universel, à s'en servir pour interpréter le combat des forces qui se partagent le monde, attiré à la fois vers la damnation et vers le salut.
BÉGUIN L'Âme romantique et le rêve, 1939, p. 270.
Damnation! Enfer et damnation! Mort et damnation! Expressions traduisant le désespoir, la douleur mêlés à la colère. Mort et damnation! Le destin s'acharne donc contre moi. Couler en vue du port! (SANDEAU, Sacs, 1851, p. 56). — Pourquoi ne cries-tu pas Enfer et Damnation? Tu l'as sur les lèvres! Dans tout rôle d'amoureux trompé (GIRAUDOUX, Lucrèce, 1944, II, 1, p. 91).
Jurer sur sa damnation. Jurer en prétendant vouloir être damné si... :
3. Alors, tu t'en souviens, tu te mis à mes genoux; je me levai, je sortis de mon sein la croix que j'y porte, et tu juras sur cette croix, qui est là devant moi, et sur ta damnation éternelle, qu'en quelque lieu que tu pusses jamais te trouver, que quelque événement qui pût jamais arriver, aussitôt que je t'en donnerais l'ordre, tu te remettrais à ma disposition entière, ...
STENDHAL, L'Abbesse de Castro, 1839, p. 185.
P. anal. Tourment intérieur, torture morale. Et je ne puis pas mordre le pied qui m'opprime ni soulever la damnation qui pèse sur moi comme une montagne (SAND, Lélia, 1833, p. 99).
B.— P. ext., rare. Condamnation d'ordre moral. Je n'ai ni le génie, ni la magnifique position de lord Byron; je n'ai pas surtout l'auréole de sa damnation postiche et de son faux malheur social (BALZAC, Modeste, 1844, p. 90).
Rem. LITTRÉ, DG, GUÉRIN 1892, Lar. 19e Suppl. 1878-Lar. 20e, QUILLET 1965 attestent un sens vieux de damnations « proscriptions, interdictions, amendes prononcées par les ouvriers soit contre l'un d'entre eux, soit contre les chefs d'atelier ou les entrepreneurs ».
Prononc. et Orth. :[] ou [da-]. [] post. ds les dict. plus anc. FÉR. 1768, FÉR. Crit. t. 1 1787, GATTEL 1841, LITTRÉ, DG (qui transcrit [a] pour condamnation) et pour les dict. plus mod., ds BARBEAU-RODHE 1930. Mais [a] ant. ds PASSY 1914, Pt Lar. 1968 et Lar. Lang. fr.; [] ou [a] ds Pt ROB. et WARN. 1968. La tendance à prononcer [a] ant. s'explique par le fait que cet a est séparé par une syll. de l'accent. Cf. damner. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1172-74 dampnatïun (G. DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, 667 ds T.-L.). Empr. au lat. chrét. damnatio « condamnation prononcée par Dieu après la mort, damnation » (du lat. class. damnatio « condamnation judiciaire »). Fréq. abs. littér. :203. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 374, b) 420; XXe s. : a) 275, b) 238. Bbg. ROG. 1965, p. 103.

damnation [danɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. V. 1170; lat. ecclés. damnatio, du supin de damnare.
1 Théol. Condamnation aux peines de l'enfer, et, par métonymie, ces peines. Châtiment, dam (peine du dam), supplice (supplices éternels). || La damnation est éternelle. || Condamner à la damnation. Damner.La Damnation de Faust, œuvre musicale de Berlioz.
1 (…) que, bien loin de former en secret des désirs de leur salut (aux jansénistes), vous ayez fait en public des vœux pour leur damnation (…)
Pascal, les Provinciales, 11.
2 (…) tous les péchés qui se sont commis dans le monde et la damnation de ce nombre innombrable de réprouvés.
Nicole, Ess. de mor., IIe traité, V, in Littré.
3 Des gens qui sont en état de damnation (…)
Bossuet, Variations, XV.
4 (…) qu'importe l'éternité de la damnation à qui a trouvé dans une seconde l'infini de la jouissance ?
Baudelaire, le Spleen de Paris, « Le Mauvais Vitrier », IX.
(XIXe). Par ext. Condamnation sur le plan moral.
Littér. || Damnation ! || Enfer et damnation ! || Mort et damnation !, imprécation de colère ou de désespoir.
2 Littér. État moral intérieur qui évoque, par son horreur, celui des damnés.
5 Désormais, j'avais la damnation logée en moi. Je portais en même temps le gouffre et son vertige.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. IV, p. 58.
6 (…) souffrir pour rien, il n'est pas d'autre damnation.
André Suarès, Trois hommes, III, Dostoïevski, V, p. 270.
CONTR. Béatitude, rédemption, salut.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Damnation — Dam*na tion, n. [F. damnation, L. damnatio, fr. damnare. See {Damn}.] 1. The state of being damned; condemnation; openly expressed disapprobation. [1913 Webster] 2. (Theol.) Condemnation to everlasting punishment in the future state, or the… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Damnation — For other uses, see Damnation (album), Damn (disambiguation), and Damned (disambiguation). Goddamned redirects here. For the Jay Brannan album, see Goddamned (album). Damnation (from Latin damnatio) is the concept of everlasting divine punishment …   Wikipedia

  • DAMNATION — s. f. Action de damner, de se damner, ou La punition des damnés. Sa damnation est certaine. La damnation éternelle. Sur peine de damnation …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • DAMNATION — n. f. Action de damner, de se damner, ou Punition des damnés. La damnation éternelle. Sous peine de damnation …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • damnation — noun Date: 14th century the act of damning ; the state of being damned …   New Collegiate Dictionary

  • Damnation (album) — Damnation Studio album by Opeth Released 22 April 2003 …   Wikipedia

  • Damnation and a Day — Studio album by Cradle of Filth Released March 25, 2003 (2003 03 25) …   Wikipedia

  • Damnation Alley — For other uses, see Damnation Alley (disambiguation). Damnation Alley   …   Wikipedia

  • La damnation de Faust — Hector Berlioz …   Wikipedia

  • The Damnation Game (album) — Infobox Album | Name = The Damnation Game Type = studio Artist = Symphony X Released = 1995 Recorded = Trax Studios, South River, NJ Genre = Power metal Progressive metal Length = 46:25 Label = Zero Corporation Producer =Steve Evetts Eric Rachel… …   Wikipedia

  • Final Damnation — Infobox Album | Name = Final Damnation Type = Live album Artist = The Damned Released = August 1989 Recorded = June 13, 1988 Genre = Punk Length = Label = Essential ESSLP 008 Producer = Reviews = Last album = Mindless Directionless Energy (1987)… …   Wikipedia

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”